Marais salants de Guérande

Partagez :

Randonnée et création dans les marais salants de Guérande et les côtes sauvages du Croisic et de Batz-sur-mer
Sud Bretagne

Promenade – Écriture – En mouvement – Nature

Sentier de Guérande

Du samedi 19 au lundi 21 mai 2018

De 9h à 17h

Par Chic Planète Coop

Élodie Brillon et Aline Jaulin

Avec pour guide Gilles, paludier à Guérande

Traverser des espaces protégés, océaniques, sablonneux, argileux, graniteux. Rencontrer les lieux cachés. Prendre des chemins de traverse. Investir les interstices. Sentir l’environnement salin, suivre les circuits d’eau, ses environs et ses errances, à l’affût. Contourner les failles rocheuses. Découvrir des itinéraires oubliés, façonner, s’échapper. Côtoyer la faune et la flore de la presqu’île guérandaise. Ensemble.

Puis revenir aux écritures,aux mondes en soi. Pour laisser palpiter, résonner, surgir des traces d’expériences.

Toutes formes de traces, des traces vécues, imaginaires ou rêvées.

Des traces qui se tissent parle corps, dans les gestes les plus infimes, d’un corps devenu paysage. Et par ses prolongements fictionnels.

Marais salants de Guérande

Itinéraires buissonniers en presqu’île guérandaise

Trois journées de randonnée hors-du-commun dédiées à la découverte ou à la redécouverte des marais salants du Guérandais et des côtes sauvages du Croisic et de Batz-sur-mer. Le parcours unique de Chemins de traverse associe une pratique de la marche, héritée de l’imaginaire poétique des XIXe et XXsiècles, à des temps de création artistique par le geste et l’écriture.

Un atelier intergénérationnel à partager en famille, avec parents, grands-parents et adolescents (à partir de 12 ans).

Pas besoin d’être grand marcheur mais confortable dans ses baskets.

Pour amateurs de tourisme vert et alternatif, de convivialité et de rencontres humaines.

Pourquoi marcher ?

Pourquoi marcher

Alors qu’elle occupait grandement le paysage littéraire du XIXe et du début du XXe siècle, avec la figure du flâneur – poète et intellectuel comme marcheur sensible et critique « qui va herboriser sur le bitume »1, la marche, art séculaire, connaît aujourd’hui un regain d’intérêt dans différents champs, en sociologie, en anthropologie, en urbanisme et en arts. La transformation des environnements urbains et des pratiques de mobilité (allongement des temps de transport), ainsi que l’influence des nouvelles technologies de l’information et de la communication, ouvrent à une prise en compte de l’acte de marcher comme dimension sensible et symbolique.

1ère Journée : Chemin de la côte sauvage du Croisic

2e journée : Dans les méandres des marais salants de Guérande

3e journée : Odyssée le long de la côte sauvage de Batz-sur-mer

(variable selon la météo)

Au programme : Marche immersive à l’écoute des sons de la presqu’île guérandaise, temps d’écriture (graphie et mouvement), escales sur la plage Valentin, au fournil de Mélina, dans le marais de Gilles. Chemins de traverse s’adaptera aux conditions physiques et météo, à l’écoute des besoins du groupe.

Bord de mer

Voyageuses Chic Planète

Aline Jaulin

Aline Jaulin

 J’aime marcher, ici et là, en terrains connus et inconnus, pour le plaisir ou pour découvrir de nouveaux territoires de recherche. Mes pas m’ont d’abord menée sur le sentier de la danse contemporaine, que j’ai pratiquée auprès de différents compagnies françaises (cie Hervé Koubi, cie de l’Alambic Christian Bourigault, cie Matzek), et j’ai participé à des projets européens transdisciplinaires comme Crossing Stages European Project 2013-2015 en théâtre, danse et performance. J’ai également suivi un chemin universitaire à l’Université Paris Diderot en créant notamment le laboratoire itinérant de recherche-création « Écrire le sensible » avec la géographe Elise Olmedo. Je pratique par ailleurs intensément les arts du mouvement : le Tenchi tessen (méthode Georges Stobbaerts) et le kinomichi (méthode Masamichi Noro) que j’enseigne. Aujourd’hui formée en médiation artistique et art-thérapie à l’Inecat (Institut National d’Expression, de Création, d’Art et de Transformation), je travaille avec des publics variés, comme des adultes psychotiques, des enfants en difficulté scolaire ou des femmes réfugiées.

Elodie Brillon

Élodie Brillon

J’ai découvert le mouvement spontané et la danse contact improvisation lors d’un stage de randonnée-danse dans le Vercors. Une expérience qui a marqué mon chemin artistique et personnel.

Entant qu’artiste, j’ai commencé par la mise en image de la marche du monde, avec la pratique du cinéma documentaire. Poursuivant en parallèle celle du théâtre et de la danse, que j’exprime aujourd’hui dans les arts de la rue en tant que comédienne et entant que médiatrice artistique auprès de différents publics (handicap, enfants, adolescents, personnes réfugiées).

Les mouvements dansés que je pratique : Body-Mind-Centering, Mouvement Authentique, Danse Contact, Life Art Process.

Je pratique également, et enseigne le Dao Yin (Qi Gong ancien) « Zang Qi fa Shi Gong » du Pr Zhu Miansheng avec l’association Ars Asiatica à Paris.

Puis mes pas m’ont mené vers la Presqu’île guérandaise où je vis depuis l’automne 2017.

dessin

1 Walter Benjamin, Charles Baudelaire. Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme [1955], traduction J. Lacoste, Paris, Payot, 1979, p. 57.